Community advocate André Bourcier announces Yukon NDP nomination bid in Copperbelt North‏

Standing in front of École Émilie-Tremblay, André Bourcier threw his hat in the ring today to represent the Yukon NDP in Copperbelt North during the next territorial election. Bourcier, Director of the Yukon Native Language Centre and longtime Whitehorse resident, says that Yukoners have told him that they're tired after 14 years of Yukon Party mismanagement and that they are looking for an alternative.

"Darrell Pasloski cannot claim a no-deficit budget when crown corporations like Yukon Energy, the Yukon Hospital Corporation and Yukon Housing are raking in debt like never before. One day, these debts will have to be paid and we know the invoice will be sent to Yukoners," said Bourcier. "Past Yukon New Democratic governments have strong records of responsible fiscal management. A new Yukon New Democratic government under the leadership of Liz Hanson will maintain this tradition of strong fiscal management."

Bourcier's first brush with politics in Yukon came when the francophone community found itself fighting to increase the quality of francophone education in the territory. Then, as president of the Commission scolaire francophone du Yukon, Bourcier saw first-hand the consequences of the Yukon Party government’s confrontational approach to dealing with its partners. Although the case ended up in the courts, it reinforced upon Bourcier the importance of listening to the community – and working collaboratively to meet their needs.

"The Yukon Party also chose litigation with First Nations governments over the Peel Watershed land use plan, Bill S-6, and now over mineral exploration," added Bourcier. "I have worked for Yukon First Nations for the past 15 years. I know that by working together we can achieve the full potential of our Final and Self-Government Agreements and restore respectful working relationships between Yukon and First Nation governments."


Devant l'école Émilie-Tremblay, André Bourcier a annoncé aujourd’hui qu'il se lançait dans la course pour devenir le candidat du Nouveau Parti démocratique du Yukon dans le comté de Copperbelt North lors la prochaine élection territoriale. Bourcier, le directeur du Yukon Native Language Centre et un résident de longue date du Yukon, affirme que les Yukonnais lui ont dit qu'ils ne voulaient plus de la mauvaise gestion exercée par le Yukon Party au cours de 14 dernières années et qu'ils étaient à la recherche d'une alternative.

« Darrell Pasloski ne peut parler d'un budget équilibré lorsque les compagnies de la couronne comme Énergie Yukon, la Régie des hôpitaux du Yukon et la Société d'habitation du Yukon accumulent les dettes comme jamais auparavant, » dit Bourcier. « Les gouvernements néo-démocrates précédents ont exercé une gestion budgétaire responsable au Yukon. Un nouveau gouvernement néo-démocrate sous l'égide de Liz Hanson saura maintenir cette tradition de gestion budgétaire réaliste. »

Bourcier est apparu sur la scène politique au moment où la communauté francophone cherchait à améliorer la qualité des services éducatifs en français sur le territoire. Président de la Commission scolaire francophone du Yukon à l'époque, Bourcier a cherché à négocier malgré l'attitude belligérante du gouvernement du Yukon Party. Bien que ce différent se soit éventuellement retrouvé devant les tribunaux, il a confirmé pour Bourcier l'importance d'être à l'écoute de la communauté et de travailler en collaboration pour répondre à ses besoins.

« Le Yukon Party a aussi choisi le recours aux tribunaux face aux gouvernements des Premières Nations du Yukon dans le cas du plan d'aménagement du bassin versant de la Rivière Peel, sur le projet de loi S-6, et maintenant encore sur l'exploration minière, » selon Bourcier. « Je travaille depuis plus de 15 ans pour les Premières Nations du Yukon et je sais qu’en travaillant ensemble, nous pouvons atteindre le plein potentiel des ententes territoriales et d'autonomie gouvernementales. Nous devons rétablir des relations respectueuses entre le gouvernement territorial et les Premières Nations du Yukon. »